Tour de l’infirmerie : des nouvelles des jockeys sur la touche

chute-1012

Avec les terrains plus légers, plus propices à la vitesse, des chutes en cascade s’observent actuellement. Des cascades d’équilibriste qui sont parfois lourdes de conséquences pour les jockeys. Alors que leurs noms n’apparaissent plus sur les programmes pendant quelques semaines, voire quelques mois, c’est l’occasion de donner de leurs nouvelles. La liste est non-exhaustive tout comme celles de leurs blessures qui ne sont pas toujours que physiques. Le moral a aussi parfois le bras en écharpe. 

Ervan Chazelle :

Le meeting de Pau, s’est mal terminé pour Ervan Chazelle. Ce dernier s’est fracturé les deux os de l’avant-bras droit, soit le radius et le cubitus. « Je compte reprendre lundi 7 avril à Enghien, les chirurgiens ont cherché à me dissuader de reprendre si tôt, mais je n’ai pas trop de douleurs », révèle le jockey.

Noam Chevalier : 

Alors qu’il remplaçait au pied levé Jonathan Viard pour Philippe Peltier, Noam Chevalier a gravement chuté à Argentan le 16 mars dernier. Le bilan est lourd : sept dents cassées, fracture de la clavicule gauche, un pneumothorax, fracture du fémur droit et deux côtes cassées. « Bizarrement, je ne souffre pas trop. Mon arrêt de travail se termine le 21 avril, j’espère pouvoir me remettre en selle de si tôt », confie le jockey de Jerry Planque.

Céline Crouzet :

Dimanche dernier, à Meslay-du-Maine à la réception d’un obstacle elle a chuté et son cheval lui a marché dessus. Transférée à l’hôpital de Château-Gontier, Céline Crouzet souffre d’un hématome sous un rein. Tout juste sortie de l’hôpital, elle doit prendre son mal en patience. « Mon hématome est mal placé. J’ai pu me mettre debout que jeudi dernier. À cause des saignements de mon rein, les médecins ont préféré me garder sous surveillance pendant cinq jours », révèle l’infortunée jockey. Son médecin lui préconise un mois d’arrêt.

Nathalie Desoutter :

Tombée à Bordeaux le 25 mars dernier, Nathalie Desoutter souffre d’une fracture de la main gauche. «Ma fracture n’est pas déplacée, heureusement. J’ai tout de même réessayé de monter à l’entraînement mais je ne pouvais pas tenir mes rênes, ni mon bâton… », explique la femme jockey. Le spécialiste de la main lui préconise un mois d’arrêt, mais Nathalie espère déjà remonter à la mi-avril.

Davy Lesot :

Tombé à Pau en début de meeting, Davy Lesot va mieux. « J’ai encore quelques douleurs mais mon kiné est satisfait de mes progrès« , confie-t-il. Comme Lenie Suzineau, le jockey de Jacques Ortet s’était fracturé le bassin, plus précisément le pubis, le sacrum et le cotyle. Immobilisé le premier mois, ses os se sont re-consolidés «sans intervention chirurgicale », note-t-il. Le pronostic d’arrêt de travail pour des gens “normaux” est de six mois après une fracture d’une telle ampleur. Mais comme tous ces combattants en casaque, Davy Lesot espère raccourcir son arrêt à quatre mois et demi, et reprendre le chemin de l’écurie d’ici à un mois.

Brice Raballand :

Les jockeys de plat chutent moins souvent mais quand c’est le cas, les conséquences sont plus lourdes. Brice Raballand est tombé le 19 mars au Croisé-Laroche. Le plus sérieusement touché de cette chute collective, le jockey de Christiane Head-Maarek est enfin sorti de l’hôpital de Garches. « Je commence à remarcher, je vais mieux », annonce-t-il. Après avoir reçu un corset sur mesure dimanche dernier, Brice Raballand est sorti mardi 1er avril. Sa double fracture ouverte à l’avant-bras droit et sa fracture de la 7e cervicale et de l’attachement de la cervicale 6 l’obligent à s’immobiliser pendant quatre mois.

Lenie Suzineau :

Evacué d’urgence à la suite de sa chute à Enghien le 19 mars alors qu’il était associé à une élève de son patron Adrien Lacombe, Lenie Suzineau va être éloigné pendant six mois des hippodromes. « Je souffre d’une luxation et d’une fracture du bassin, par conséquent des deux hanches. Je dois être six semaines sans poser le pied au sol et observer six mois d’arrêt », détaille-t-il. Ses fractures étant rares et compliquées, seul un chirurgien d’Angers a accepté de l’opérer en posant une plaque et cinq vis à la hanche droite. « À Paris, ils m’ont opéré une première fois mais seulement pour me remettre la jambe en place », ajoute l’infortuné jockey. Sorti samedi dernier de l’hôpital il a pu rejoindre sa famille. «Cela aurait pu être pire mais je suis déçu d’être coupé dans mon élan alors que ma saison débutait bien », confie Lenie Suzineau.

Jonathan Viard : 

Tombé le même jour que Noam Chevalier, le jockey de Philippe Peltier s’est cassé l’omoplate gauche. « J’ai réessayé de monter à l’entraînement la semaine dernière mais c’était douloureux. J’ai repoussé mon arrêt. Je dois reprendre vers la mi-avril », explique Jonathan Viard. Le moral est au plus bas surtout après son année 2013 souvent interrompue par des blessures. « Je suis revenu en avril après ma fracture du talon, une semaine après j’ai souffert d’une triple fractures au visage en tombant, puis en reprenant le travail, je me suis blessé au bras avec un nerf sectionné ce qui m’a valu deux mois d’arrêt… », raconte-t-il.

Marion Dubois

 

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :