Hubert Terrien : « J’ai pris la bonne décision »

(crédit photo : Joël Boulay)

(crédit photo : Joël Boulay)

Hubert Terrien est un jockey reconnu dans l’Ouest. Pendant plusieurs années au service de Yannick Fertillet, il travaille désormais pour Alain Couétil. Un jockey d’obstacle discret qui a su se faire un nom. Pourtant, ce n’était pas gagné d’avance…

Comment êtes-vous arrivé dans le monde des courses ?

Par hasard ! Je n’avais jamais mis les pieds sur un hippodrome, ni moi, ni mes parents ne faisaient la différence entre un cheval de centre équestre et de course. Mais j’aimais les animaux. Lors de mon stage de 3ème, j’ai poussé la porte de chez Etienne Leenders, à Jarzé. Car il entraînait ses chevaux pas très loin de chez mes parents.

Quels souvenirs gardez-vous de vos débuts à cheval ?

C’était très laborieux. A 14 ans, je n’avais jamais monté de ma vie. Etienne Leenders me laissait monter le poney de l’écurie. Un vieux cheval gris qui savait tout faire tout seul ! Je me souviens avoir beaucoup eu de mal physiquement et moralement au début, car je partais de loin.

À la fin de votre apprentissage, qu’avez-vous fait ?

Au bout des trois ans, je n’avais toujours pas ma licence de jockey. Je n’étais pas encore prêt. Je suis alors entré au service de Dominique Sépulchre, en tant que cavalier d’entraînement. Mais je n’avais plus qu’un but : monter en course. Je ne m’étais pas donné autant de mal pour ne pas essayer au moins une fois.

Quand avez-vous réalisé vos débuts en compétition ?

Je venais tout juste d’avoir 20 ans. J’ai rejoint l’écurie de Thierry Civel, près d’Argentan. J’ai beaucoup progressé pendant cette période car nous montions beaucoup de chevaux tous les matins. C’est comme ça que j’ai appris à sauter les chevaux. Au bout de 4 mois d’entraînement, j’ai débuté en course. En une quinzaine de montes, j’ai remporté trois victoires.

Puis vous avez croisé la route d’un professionnel qui a beaucoup compté pour vous, n’est-ce pas ?

Oui, il s’agit de Patrick Rago. Nous nous sommes rencontrés alors que l’on travaillait pour Jean Dasque. Puis, Patrick et moi sommes partis en meeting à Cagnes-sur-Mer. Il a été un vrai déclencheur dans ma carrière. J’ai perdu ma décharge pour lui, j’ai remporté mon premier groupe pour lui, mes plus belles courses… C’est quelqu’un de très important dans ma carrière.

Pourtant, le mal du pays vous a gagné. Pourquoi êtes-vous revenu dans l’Ouest ?

J’ai saisi l’opportunité du départ de David Berra de chez Yannick Fertillet. Je montais déjà pour cet entraîneur avant de rejoindre son effectif. Je connaissais déjà sa façon de travailler. Je suis resté 7 ans à son service. J’en garde de très bons souvenirs, d’ailleurs nous ne nous sommes pas quittés fâchés.

Pourquoi avez-vous décidé de partir ?

J’avais envie de voir autre chose. Je suis quelqu’un de curieux, je voulais découvrir le centre d’entraînement de Senonnes et m’associer à d’autres chevaux de différents entraîneurs. Je suis arrivé chez Laurent Viel mais très vite notre collaboration a cessé. A ce moment là, j’ai un peu douté de ma décision d’avoir quitté Yannick Fertillet mais au final je ne regrette rien.

Où travaillez-vous maintenant ?

J’ai intégré l’écurie d’Alain Couétil depuis presque deux ans. Avec du recul, je suis certain d’avoir pris la bonne décision. J’ai réalisé deux très bonnes années, avec 47 victoires au total. Mon patron a une quinzaine de chevaux d’obstacle à l’entraînement. Je monte également pour des entraîneurs extérieurs.

Comment voyez-vous la suite de votre carrière ?

Je me suis toujours dit que j’arrêterai à 40 ans, j’en ai 37. Je comptabilise 270 victoires, 300 succès sera mon prochain cap. Quand je vois d’où je suis parti, et où j’en suis maintenant. Je n’ai pas peur de dire que je suis fier de moi.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :