Thomas Beaurain, de l’immobilier au cross

2021951682_f7d334f9bc

Révélation en cross durant le meeting de Pau, Thomas Beaurain est en pleine mutation professionnelle. Ancien gentleman-rider, il a été agent immobilier avant de devenir jockey de cross. Thomas Beaurain revient sur son parcours jonché d’embûches.

Comment expliquez-vous votre réussite en cross en cette fin de saison ?

Patrice Quinton m’a associé à Bella de Juilley à Mont-de-Marsan au mois de novembre. C’était la première fois que je montais sur cet hippodrome, nous sommes quatrième. Il a décidé de me la confier à Pau et là, nous avons gagné. Mais au début ce n’était pas prévu que je vienne en meeting à Pau. Puis, grâce à mes bons résultats en cross, j’ai posé mes valises pour ces deux mois.

Qu’est-ce qui vous plait dans cette discipline ?

J’ai toujours adoré monter en cross. D’ailleurs m’a première course en obstacle était en cross, à Nancy. J’aime cette discipline car même avec un cheval limité on peut s’imposer. Cela demande de la tactique, de la malice pour ne pas perdre de précieuses longueurs. Et en plus, c’est une façon de me démarquer de mon père, (Jean-Yves Beaurain ex-cravache d’or en obstacle, décédé en 2010, NDLR).

Expliquez-nous…

C’est une discipline dans laquelle il n’a jamais monté. Habitué à évoluer à Auteuil, où il a signé 22 succès dans des groupes I, il ne prenait jamais part aux courses en cross. Cela me laissait le champ libre pour me faire un nom sans devoir être systématiquement comparé à lui.

Quel bilan tirez-vous de votre début de carrière ?

Je suis fier de moi. J’ai encore beaucoup de choses à prouver, je n’ai pas un grand palmarès. Mais je pense avoir démontré que j’étais capable d’y arriver sans mon père, en cross notamment.

Où en êtes-vous dans votre carrière ?

Je suis actuellement au service d’Arnaud Chaillé-Chaillé depuis le mois de septembre. J’envisage de me rapprocher d’Angers pour collaborer avec différents entraîneurs répartis dans l’Ouest. Rien n’est encore certain. En fin de meeting, je prendrai ma décision. Mes bons résultats durant ce meeting m’ont ouvert des portes mais une chose est sûre, je ne retournerai pas à Paris.

Pourquoi ?

Je ne suis pas à l’aise avec la mentalité parisienne. Si je suis parti en 2008, c’était aussi pour fuir une mauvaise ambiance. J’avais envie de réussir par moi-même. J’ai rejoint l’écurie de Nicolas Bertran de Balanda à Lyon où je suis resté trois ans. J’ai ensuite intégré l’écurie d’Emmanuel Clayeux pendant un an.

Vous avez d’abord été gentleman avant d’être jockey en 2007. Pourquoi ?

J’avais des problèmes de poids et mon entourage connaissait les difficultés du métier. Mes parents voulaient que j’ai un bagage scolaire avant d’être jockey. Après avoir obtenu un BEP en comptabilité et suivi des études dans l’immobilier, je suis devenu agent immobilier pendant un an, à Chantilly. Mais la passion des courses était trop forte, même si je savais que l’on m’attendait au tournant en devenant jockey.

Comment se sont passés vos premiers pas dans les rangs des professionnels ?

Au début cela s’est très bien passé. Puis, en 2008, je me suis accidenté. Et lorsque je suis revenu on m’avait un peu oublié. Je n’ai signé que quatre victoires cette année-là. C’est aussi pour cette raison que j’ai décidé d’aller en province. Pour rebondir. Et avec du recul, je suis content de cette décision et de ma détermination à continuer.

Quel est votre rêve ?

Au début, de ma carrière j’espérais avoir le même palmarès que mon père. Désormais, je souhaite décrocher au moins un groupe. Si j’y arrive, je serai très content et je sais que lui aussi…

Propos recueillis par Marion Dubois

Publicités

One response to this post.

  1. Thomas c’est le jockey qui monte qui monte il ira très loin Jean Yves est fier de toi
    Bonne chance
    Cedric h ton premier fan et supporter

    Réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :